Demain, c'est dimanche

20.09.2009 / Le pouvoir du service

Qui est le plus grand ? Qui est le plus fort ? Eternelles questions ! Les apôtres sont comme des enfants dans une cour d'école qui se disputent pour obtenir la considération de leurs camarades. Et quand Jésus leur demande de quoi ils parlaient en chemin, ils se réfugient dans le silence comme un enfant que l'on réprimande parce qu'il vient de faire une bêtise.

Comment penser à la première place à occuper, aux honneurs et aux décorations quand on prétend suivre celui qui mourra sur une croix ? Jésus vient de leur annoncer sa Passion future, mais l'homme a une mémoire sélective et il ne retient que ce qu'il veut bien entendre. Il écoute encore moins les prophètes de malheur.

Pourtant, il faut bien, tout de même, des responsables, des personnes haut placées même dans l'Eglise. Jésus a lui-même endossé les titres de Maître et Seigneur et il a donné à saint Pierre une primauté par rapport aux autres apôtres. Mais il a toujours rendu attentif au danger d'une autorité qui n'est pas au service des autres.

Celui qui est le plus grand c'est celui qui accepte de vivre son pouvoir dans l'humilité car, comme dit saint Paul, « quand je suis faible, c'est alors que je suis fort. »Que notre existence soit donc une vie de service pour qu'un jour le Seigneur nous accueille en ces termes : « Bon et fidèle serviteur, entre dans la joie de ton maître ».

Chne Calixte Dubosson