Demain, c'est dimanche

12.09.2009 / Vifs reproches

Quelle joie et quelle satisfaction lorsque l'on reçoit des félicitations à l'aboutissement heureux d'un projet ! Mais si une réalisation difficile n'aboutit pas, même si l'on y avait mis tout son coeur, il est certain que les reproches vont pleuvoir : « Tu n'aurais pas dû… ! T'avais qu'à… »

Derrière le reproche, il y a un échec et un jugement négatif.

Le passage de l'Evangile de ce dimanche (Marc 8, 27-35) rapporte que l'apôtre Pierre se mit à faire de vifs reproches à Jésus. Son plus proche collaborateur, le premier des apôtres, n'a rien compris au message de Jésus. Il lui reproche d'annoncer sa passion et de s'avancer ainsi vers sa mort. De plus, il ne saisit bien sûr pas le sens de la résurrection au troisième jour.

Il faut dire que Jésus a toujours vécu à contre-courant de ses contemporains, leur demandant de ne pas céder aux charmes du monde, aux sirènes du succès facile. « Si quelqu'un veut marcher derrière moi, qu'il renonce à lui-même, qu'il prenne sa croix, et qu'il me suive. Qui perd sa vie pour moi et pour l'Evangile la sauvera. »

Jésus est venu pour nous sauver et cela n'a pu se réaliser que par la mort sur la croix. Cuisant échec apparent, mais réussite extraordinaire pour l'homme de foi.

Cessons donc de reprocher à Dieu les difficultés qu'il nous fait vivre, mais adressons plutôt nos félicitations à Jésus pour le salut apporté. Ces félicitations, cela s'appelle la louange !

Chanoine Olivier Roduit