Demain, c'est dimanche

30.04.2006 / Le « Jour du Seigneur »

Du jour de Pâques à la célébration de la Pentecôte, nous vivons le « temps pascal ». Les Pères de l'Église nous enseignent que cette période est comme un seul et même jour, comme la dilatation du jour de Pâques. Dans un de ses sermons, saint Augustin nous dit que c'est « un seul et grand dimanche ».

Le temps pascal nous rappelle chaque année l'importance du dimanche. En effet, après la Résurrection, le premier jour de la semaine sera désormais considéré par les Apôtres comme « le jour du Seigneur » (Ap. 1, 10). C'est pourquoi les premiers chrétiens auront leurs réunions liturgiques le dimanche : « Le jour appelé du Soleil, tous se réunissent en un même lieu, ceux qui habitent dans la ville et ceux qui vivent à la campagne. (...) Et nous nous réunissons tous en ce jour, qui est le premier de la semaine, Dieu créa le monde (...), et parce que c'est le jour où Jésus-Christ notre Sauveur est ressuscité d'entre les morts. » (s. Justin, Apologie 1,67)

Célébrer la Résurrection du Christ le dimanche nous aide à mieux accueillir la grâce, et en interrompant nos travaux nous pouvons mieux nous consacrer au Seigneur. Il n'y a pas de fête sans célébration, car il ne suffit pas d'arrêter le travail ce jour-là ; il n'y a pas non plus de fête chrétienne sans que nous nous réunissions pour rendre grâce et louer le Seigneur.

En ce temps pascal, demandons-nous quel sens nous donnons à notre dimanche. Comment vivifier davantage en notre chair ce repos à la louange du Seigneur mort et ressuscité pour nous faire passer avec lui de la mort à la vie ?

Chanoine Yannick-Marie Escher