Demain, c'est dimanche

15.03.2009 / Le Temple, c'est Son Corps

« Détruisez ce Temple, et en trois jours je le relèverai »dit Jésus dans l'Evangile de Jean (2, 19 ; 21). Et l'évangéliste d'ajouter : « Le Temple dont il parlait, c'était son corps ». Le Temple, lieu de la Présence divine, n'est plus un bâtiment. C'est un Corps.

Dans la Bible, le mot corps ne désigne jamais simplement un ensemble d'articulations. Le mot corps signifie la personne tout entière. A la dernière Cène, lorsque Jésus dit « Prenez et mangez en tous, ceci est mon Corps », il s'offre tout entier en nourriture, « corps et âme », selon l'expression consacrée. Ainsi, depuis Jésus, la Présence de Dieu n'est plus un bâtiment, mais un Corps, c'est-à-dire Lui-même, Dieu fait homme. Si à Noël le Verbe s'est fait chair, c'est pour demeurer parmi nous (cf. Jn 1, 14), et cela pas seulement pendant une trentaine d'années il y a deux millénaires de cela. Il a pris corps pour vivre au milieu de nous jusqu'à la fin des temps, et c'est dans ce Corps que tu trouveras Dieu présent. Où donc ? Mais là où lui-même a laissé Son Corps. Sur l'autel, dans ce Corps qu'il te dit de prendre et de manger. Et aussi dans l'Eglise, dont saint Paul dit qu'elle est le Corps du Christ.

Cette Eglise si décriée, si infidèle parfois, mais qui reste, malgré la faiblesse de ses membres, le lieu où II se donne à écouter, à voir, à recevoir.

Chanoine Roland Jaquenoud