Demain, c'est dimanche

15.02.2009 / Après le miracle

La liturgie de ces dimanches nous fait lire plusieurs récits de guérisons miraculeuses. Dimanche dernier, Jésus remettait sur pied la belle-mère de Pierre et guérissait « toutes sortes de malades ». Aujourd'hui, c'est au tour d'un lépreux d'être purifié. Ayant quitté Jésus, « cet homme se mit à proclamer et à répandre la nouvelle, de sorte qu'il n'était plus possible à Jésus d'entrer ouvertement dans une ville ».

Que sont advenues toutes ces personnes après leur guérison ? L'Evangile nous dit que dans un premier temps, ces miraculés ont été bouleversés par leur guérison et ont largement parlé de Jésus autour d'eux. Il devait se cacher pour continuer sa mission.

On peut imaginer aussi que le temps passant, ces personnes ont fini par trouver normal leur nouvel état de vie. Elles ont peut-être même oublié la personne qui les avait guéris pour retrouver leur train-train quotidien.

N'est-ce pas là notre tendance naturelle que de retomber dans la monotonie d'une vie banale ? Nous savons que les nouveaux convertis vivent une période d'exaltation plus ou moins longue avant de retrouver une vie « normale ». On dit de certains religieux qu'ils passent toute leur vie à reprendre ce qu'ils ont donné au jour de leur profession !

A chaque eucharistie, nous assistons à un miracle incroyable. Le pain et le vin deviennent corps et sang du Christ ressuscité auquel nous osons communier. A chaque communion notre vie est bouleversée… « Dis seulement une parole et je serai guéri ! » Laissons-nous donc guérir et vivons comme des miraculés.

Prieur Olivier Roduit