Demain, c'est dimanche

08.02.2009 / Comme un feu dans sa bouche…

« Malheur à moi si je n'annonçais pas l'Evangile » ! (1 Cor 9,16). Ces paroles de saint Paul sortent comme un feu de sa bouche, un feu allumé au plus profond de son coeur. Depuis sa chute du cheval et sa conversion, il sait de quoi et de qui il parle. Lui qui a découvert le sens du salut de l'homme, lié au sacrifice du Christ, ne peut que dire tout haut le mystère de l'homme et son destin : la vie éternelle.

Oui c'est dans son être profond que Paul ressent la grâce de la Parole de Dieu,noncomme une nouvelle parmi d'autres, mais biencomme la seule nouvelle conduisant à la conversion et au baptême ; comme la voie unique permettant à chacun d'entrer, dès cette vie, dans le mystère profond de l'amour de la Trinité sainte : Père Fils et Esprit Saint.

Si saint Paul a en si haute estime la Parole de Dieu, lui qui affirme qu'il n'en tire aucun orgueil de la prêcher et que son annonce s'impose à lui comme une nécessité (1 Cor 9,15), cette même Parole nous brûle-t-elle le coeur et la bouche comme un feu ?

Mais, où se cache le feu ? Qui nous le révélera ? Frères et soeurs dans le Seigneur, qu'il serait beau de voir les uns les autres s'entraîner mutuellement à faire découvrir le baptisé qui demeure — mais qui souvent sommeille — en chacun de nous. Seul ce réveil peut donner aux chrétiens une bouche de feu.

 

Chanoine Jean-Paul Amoos