Demain, c'est dimanche

25.01.2009 / La conversion de saint Paul et la nôtre

La conversion de l'Apôtre des Nations que l'Eglise célèbre ce dimanche, n'est pas seulement un fait historique. Elle trouve une correspondance dans notre propre vie de croyants. Nous aussi nous pouvons faire l'expérience de Damas, à notre mesure.

La première intervention du Christ dans notre vie ce fut le jour de notre baptême : jour de grâce, sans aucun mérite de notre part, où nous sommes devenus enfants de Dieu.

Baptisés dans l'enfance, nous avons souvent besoin d'une conversion qui nous fait passer d'un christianisme inconscient, et fait d'habitudes, à une vie chrétienne consciente, ancrée en Jésus-Christ.

Mais il y a encore un autre Damas dans notre vie chrétienne, c'est la messe. Le Seigneur y vient à notre rencontre et poursuit en nous son oeuvre de grâce. Cette rencontre avec le Christ dans sa Parole et dans son Eucharistie maintient en nous l'ardeur de la conversion.

Considérons qu'à chaque messe se produit une conversion, pain et vin deviennent Corps et Sang de Jésus mort et ressuscité. Nous apportons du pain terrestre à l'offertoire et nous recevons le pain divin lors de la communion. Nous apportons à l'autel notre vie avec tout ce qui la compose et nous recevons en échange la vie même de Dieu. C'est un Saul qui vient à la messe, c'est un Paul qui s'en retourne.

Chanoine Yannick-Marie Escher