Demain, c'est dimanche

16.11.2008 / Jésus reviendra…

Quand reviendra-t-il ? A ses frères de Thessalonique, des délais et des dates, saint Paul ne peut en donner, car il n'en connaît pas ! Toute sa confiance il la met dans la Parole de Jésus qui, au soir de la dernière Cène, a dit à ses Apôtres : « Lorsque je serai allé vous préparer une place, je reviendrai et je vous prendrai avec moi, afin que là où je suis, vous y soyez aussi. »(Jean 14.3). Vivant sa rencontre de conversion, il invite ses frères à attendre le retour de Celui qui motive toute sa vie.

Pour les premiers chrétiens, l'attente du retour du Christ a été le principal stimulant à la vigilance, à la prière, à la patience, à l'activité missionnaire. Le « maranatha »(le Seigneur vient), mot par lequel les chrétiens de la primitive Eglise se saluaient, exprimait la vivacité et la joie de leur attente.

On peut envier les chrétiens d'autrefois qui attendaient avec vigilance le retour du Christ ! Mais nous connaissons la nature humaine et nous savons que le temps fait son oeuvre… A ne rien voir venir, on peut s'y habituer !

L'histoire de l'Eglise montre que lorsque celle-ci perd de vue la réalité du retour de Jésus-Christ, elle ne remplit plus sa mission. Lorsque le chrétien ne s'attend plus au retour du Seigneur, il finit par s'endormir et se laisser gagner par l'esprit du monde. Par contre, l'attente du retour de Jésus-Christ a toujours été de nature à stimuler les croyants dans la poursuite de la sainteté comme dans le souci de l'évangélisation et de l'oeuvre missionnaire.

Chanoine Jean-Paul Amoos