Demain, c'est dimanche

05.10.2008 / Gérant ou propriétaire ?

La parabole de ce dimanche nous révèle Dieu. Il ne se moque pas de l'homme ! Il lui offre une vigne reconstituée, plantée, entourée d'une clôture, avec un pressoir et un mazot. Confiant en l'homme Dieu l'établit gérant de Ses biens, de Son Evangile. Mais si Dieu fait confiance à l'homme, il ne veut pas lui faire la charité, sa dignité en serait blessée.

Oui, à l'homme d'assumer sa part de responsabilités dans la vigne du Seigneur et ce sera son honneur, sa joie de gérer au mieux cette vigne, symbole d'une vie donnée.

Ayant offert à l'homme la gestion de son bien, le Maître n'en demeure pas moins le propriétaire, il est donc en droit d'attendre le produit de son domaine.

En aimant l'homme au point de le choisir comme gérant et partenaire, Dieu entre dans la dynamique de l'espérance.

En se donnant Lui-même jusqu'à la croix, Il demande tout, il offre sa confiance et espère beaucoup de l'homme.

Parce que son Amour est absolu ses exigences sont absolues. Parce qu'il n'y a dans son Amour aucune réserve, comment pourrait-il faire autrement qu'exiger le fruit de la vigne, c'est-à-dire, ce qu'a rapporté dans une vie d'homme le don de Son amour.

Certes, comme les vignerons homicides, l'homme peut avoir des projets égoïstes, tenté qu'il est d'être possesseur et non serviteur ; mais l'appel de l'Evangile est clair, il invite à l'ouverture, à une vie d'amour et de service.

Chanoine Jean-Paul Amoos