Demain, c'est dimanche

27.07.2008 / De l'esclavage à la liberté

Une fois de plus, le Tour de France cycliste a mis en lumière cet esprit du monde qui recherche par tous les moyens, donc aussi par la tricherie, la gloire et le pouvoir avec leur corollaire incontournable : la course à l'argent. Il y a dans l'opinion publique une chose qui m'a toujours étonné : celle de croire qu'être célèbre et riche, c'est le bonheur assuré.

C'est pour moi le plus grand mensonge qui s'incruste dans l'esprit des gens et malheureusement bien sûr dans la conscience des jeunes. Les trésors amassés conduisent le plus souvent à toutes les dépendances possibles (alcool, vie sexuelle débridée, drogue) à tel point que j'ose affirmer que les célébrités actuelles sont les nouveaux esclaves de l'histoire.

Le Saint-Père a souligné à Sydney cette malheureuse réalité en affirmant que « dans nombre de nos sociétés, à côté de la prospérité matérielle, le désert spirituel s'étend : un vide intérieur, une crainte indéfinissable, un sentiment caché de désespoir. »

L'Evangile de ce dimanche nous parle d'un homme qui a trouvé un trésor qui lui procure une joie immense. Pour nous chrétiens, ce trésor, c'est le Christ. Mon rêve, que je nourris par ma prière, est de voir un jour toutes les victimes du matérialisme changer totalement de vie pour goûter à la joie incommensurable d'une vie honnête et droite éclairée par la présence du Christ, chemin, vérité et vie.

Chne Calixte Dubosson