Demain, c'est dimanche

29.06.2008 / Quo vadis ?

Selon le Pape Paul VI, « les Apôtres Pierre et Paul sont considérés par les fidèles chrétiens, de plein droit, comme les premières colonnes, non seulement du Saint-Siège romain, mais aussi de l'Eglise universelle du Dieu vivant répandue sur toute la terre. »

Une pieuse tradition raconte que, pendant la persécution de Néron, saint Pierre, à la demande de la communauté chrétienne, s'en allait chercher un endroit plus sûr. Près des portes de la ville il rencontra Jésus chargé de la Croix, et comme Pierre lui avait demandé : « Où vas-tu, Seigneur » (« Quo vadis, Domine ? »), Notre Seigneur lui répondit : « A Rome, pour me laisser crucifier à nouveau ». Saint Pierre comprit la leçon, et retourna dans la ville où l'attendait sa croix. Cette légende semble être un dernier écho de la protestation de saint Pierre après la première annonce, par Jésus, de sa Passion. Un historien antique relate qu'il demanda d'être crucifié la tête en bas se considérant indigne de mourir comme son Maître, la tête en haut.

Pierre, malgré ses faiblesses, fut fidèle au Christ jusqu'à donner sa vie pour lui. C'est ce qu'il nous faut lui demander en cette solennité des saints Apôtres Pierre et Paul : un amour fidèle, indéfectible, malgré nos faiblesses et tout ce qui nous est contraire parce ce que nous sommes du Christ, c'est-à-dire chrétiens.

Chne Yannick-Marie Escher