Demain, c'est dimanche

04.05.2008 / Le poids de la gloire

Il est beaucoup question dans l'évangile de ce jour du terme de « gloire » (Jn 17, 1-11). Dans la bible, ce mot évoque l'idée de poids, le poids d'un être dans l'existence. Quand Jésus demande à son Père de lui donner sa gloire, il pense, lui, à cette sphère de pureté transcendante, de sainteté, de lumière, de vie qui va rayonner dans sa résurrection.

En ce dimanche, nous réfléchissons sur la place de l'Eglise dans l'univers des médias. Nous n'ignorons pas que le journalisme contribue à faire ou à défaire la renommée d'une personne, la réputation de quelqu'un. C'est souvent lui qui donne du poids aux êtres et aux choses. Mais ce que l'on oublie assez souvent, c'est que la gloire est presque toujours un poids pour celui qui en bénéficie. Il suffit de demander aux champions de notre temps ce qu'il en coûte en interviews, en voyages, en réceptions, en séances de signature pour se maintenir au firmament.

Paradoxalement, c'est dans la discrétion, l'humble quotidien que se construit notre propre gloire. Un être qui se préoccupe des autres par l'écoute et le dialogue, une personne qui donne du bonheur par sa gaieté et sa bonne humeur, ceux-là ont du poids aux yeux de Dieu et des autres. La gloire, c'est ce qui n'émerge pas, c'est toujours ce qui n'écrase pas. C'est le ciel sur la terre.

Chne Calixte Dubosson