Demain, c'est dimanche

09.03.2008 / Les derniers jours de Jésus…

Pour cheminer vers le mystère pascal, l'Eglise nous propose la « résurrection » de Lazare, son retour à la vie. De ce miracle, retenons cinq attitudes de Jésus.

Jésus laisse le « temps au temps ». Invité à se rendre chez son ami malade, il reste deux jours là où il est.

Jésus pleure et vibre à l'unisson des souffrances humaines, parmi lesquelles la mort est la plus dure à comprendre et à accepter.

Jésus appelle à une foi profonde ; à son amie Marthe qui croit en la résurrection, devant le tombeau de son frère, il lui demande d'aller au bout de son acte de foi.

Jésus invite à la découverte que rien n'est définitivement fermé. Un tombeau scellé depuis quatre jours peut être ouvert, car en Celui qui donne la Vie, rien ne se décompose.

Jésus délie et remet l'homme debout. Momifié, entouré de bandelettes, de retour à la vie, Lazare ne peut se mouvoir, il doit être délié pour retrouver son autonomie, sa liberté d'être humain.

Dans cette dernière étape vers Pâques, faisons nôtres ces deux paroles de Jésus : « ouvrez le tombeau » et « déliez-le ».

Si nous sommes enfermés dans nos nuits, demandons à Celui qui est sorti Vivant du tombeau, de rouler pour nous la pierre qui nous tient captifs de notre orgueil ou de nos égoïsmes.

Si nous sommes attachés à de mauvaises habitudes qui nous maintiennent dans le péché, osons la démarche du sacrement de réconciliation, elle est le moyen par excellence de nous faire retrouver la paix et la joie de Pâques.

Chanoine Jean-Paul Amoos