Demain, c'est dimanche

16.07.2017 / Voici que le semeur sortit pour semer

« Voici que le semeur est sorti pour semer », voici que Jésus est sorti pour répandre la semence divine de la parole dans le terreau de nos âmes. La fameuse parabole du semeur nous place devant une question que nous devrions examiner sans tarder. Quelle terre sommes-nous ? Une terre aride ? une terre encombrée de mille ronces ? une terre inexistante ?
Dans toute l’histoire de l’église, on constate combien le fait de proclamer la Parole, de la lire et de l’écouter avec assiduité, n’a nullement empêché ceux-là mêmes qui la lisaient de se battre, de se haïr, de trahir l’enseignement de cette parole qu’ils vénéraient.
Dans toute l’histoire de l’Eglise… et peut-être aussi dans nos vies ! Qui d’entre nous se laisse réellement transformer – convertir – par la Parole de vie qu’il reçoit ? Qui d’entre nous peut dire en toute honnêteté qu’il s’est toujours laissé reprendre, corriger, par cette parole ? Qu’en rangeant l’Evangile – s’il lui arrive de le lire – il n’est pas immédiatement retourné à ses querelles habituelles, à ses préjugés inutiles sur les autres, à ses méchancetés et ses bassesses, à tout ce qui fait qu’il ne vit pas en accord avec ce que Dieu veut lui transmettre dans sa parole ?
La parabole du semeur nous enseigne que la bonne terre « porte du fruit à raison de cent, ou soixante, ou trente pour un » (Mt 13, 23). De quel fruit s’agit-il ? Ecoutons la réponse de saint Paul dans l’épître aux Galates (5, 22) : « voici le fruit de l’Esprit : amour, joie, paix, patience, bonté, bienveillance, fidélité, douceur et maîtrise de soi. » Examinons le fruit que nous portons : nous saurons alors quelle terre nous sommes.

Chanoine Roland Jaquenoud